haut
haut
haut
haut
NOIR ET BLANC

À la recherche de la Tri-X

Comment faire du noir et blanc avec un appareil photo numérique ? La question n'est pas superflue, surtout si vous avez cherché la réponse dans le mode d'emploi de votre appareil photo. Et si certains boîtiers proposent d'activer un mode noir et blanc dans le menu des effets spéciaux, je ne vous recommande pas d'utiliser cette option. En effet, il serait dommage de se priver d'une possibilité très intéressante proposée par le numérique puisque vous pouvez à partir du même fichier obtenir la couleur ET le noir et blanc.

Pour comprendre le rapport entre le noir et blanc et la couleur, il faut faire référence au modèle TSL qui définit une couleur avec 3 paramètres : la teinte (rouge, vert...), la saturation (vif ou terne : pourcentage de gris présent dans la couleur) et la luminosité (clair ou foncé : pourcentage de blanc présent dans la couleur). L'opération de désaturation consiste à ajouter du gris jusqu'a réduction totale de la teinte.

Voici, par ordre de complexité, quelques solutions logicielles pour créer du noir et blanc :

  • B/Works est un programme gratuit qui fera parfaitement l'affaire pour ceux qui sont à la recherche de la solution la plus simple. De plus, ce logiciel propose quelques effets spéciaux très réussis.

Effet réalisé avec B/Work
  • si vous êtes pressé, vous pouvez faire l'acquisition d'un plugin (programme complémentaire qui ne peut fonctionner qu'a l'intérieur d'un programme principal comme PHOTOSHOP, PAINTER…) qui automatisera l'opération :
    • SilverOxide commercialise un plug-in qui effectue des conversions conformes au rendu des principales pellicules argentiques noir et blanc (FP4, Tri-X, TMax...),
    • Power Retouche fait de même et permet de créer des conversions personnelles.
  • la dernière solution correspond à la mise en oeuvre de différentes commandes PHOTOSHOP. Compte tenu de la puissance du logiciel, les possibilités sont nombreuses et je vous propose un tour d’horizon des plus connues.

Les manipulations les plus simples mettent en oeuvre deux commandes des menus :

  • Image>Mode>Niveaux de gris (Image>Mode>Grayscale). Après conversion, le fichier est réduit à une seule couche de 8 bits. Cette manipulation est obligatoire si vous envisagez une bichromie.
  • Image>Réglages>Désaturation (Image>Adjustments>Desaturate). Le résultat est identique à la manipulation précédente, mais les 3 couches RVB sont conservées (certains filtre ne marchent que sur des images RVB).

Vous conviendrez que le résultat n’est pas satisfaisant car les images sont très grises et manquent de contraste. Le rendu de la couleur jaune est beaucoup trop clair, à la limite du blanc. Les autres méthodes nécessitent l’utilisation des calques de réglages et notamment le mélangeur de couche et le calque de teinte saturation :

  • pour le mélangeur de couche, je vous recommande une visite sur le site de Thomas Niemann dont la rubrique est très complète car elle inclue la simulation de filtres colorés.
  • si vous utilisez un calque de Teinte/saturation, une saturation à -100 aura le même effet que la commande de désaturation. Mais vous pouvez modifier la luminosité ou la teinte d’une couleur précise permettant ainsi de contrôler le rendu de gris de cette même couleur.

4 méthodes, un script

Je vous propose le téléchargement d’un script Photoshop qui met 4 méthodes de conversion en oeuvre (bw1, bw2, bw3, bw4). Le script ‘Comparatif’ fabrique une planche contact qui permet de comparer les résultats des 4 méthodes.

Résultat du script 'Comparatif'

Un peu de chaleur

Si vous aimez les tons chauds, nous allons modifier le script 4 pour renforcer les ombres avec une légére coloration marron :

  • convertir l'image en mode lab : Image>Mode>Couleurs Lab
  • activer l'onglet des couches et sélectionner la couche L
  • convertir l'image en niveaux de gris : Image>Mode>Niveaux de gris
  • sélectionner la couche : touche Ctrl + clic sur la vignette de la couche
  • inverser la sélection : Sélection>Intervertir
  • convertir l'image en mode RVB : Image>Mode>Couleurs RVB
  • créer un nouveau calque : Calque>Nouveau>Calque
  • créer un masque de fusion à partir de la sélection : Calque>Masque de fusion>Faire apparaitre la sélection
  • sélectionner le nouveau calque vierge et le remplir avec la couleur R(148)V(119)B(57) : Edition>Remplir>Avec couleur
  • positionner le mode de recouvrement du nouveau calque en mode produit

L'ensemble de la séquence est disponible dans le script tni sous le nom Noir et blanc chaud.

Les opérations

Compte tenu du nombre de combinaisons offertes par les calques de réglages, j'évoquerai brièvement les possibilités de la commande Image>Opérations (Image>Calculations). Les paramètres de cette commande sont nombreux et je vous suggère les valeurs suivantes pour commencer :

  • sélectionner la couche rouge en source 1 et la couche verte en source 2,
  • sélectionner l'opération 'Produit',
  • régler l'opacité à 50%,
  • sélectionner 'Nouveau document' dans Résultat pour créer une nouvelle image.

La bichromie

La bichromie est une colorisation des photos noir et blanc à l'aide d'une ou plusieurs encres colorées. Vous pouvez simuler des virages avec l'avantage d'un choix illimité de teintes : or, sépia, bleu...

Pour réaliser une bichromie, il faut appliquer la commande Image>Mode>Bichromie (Image>Mode>Duotone). Photoshop vous propose alors un écran qui vous permet de choisir de une à quatre couleurs d'encre. La manipulation des courbes associées étant assez pointue, je vous conseille de commencer avec les combinaisons d'encres pré-définies installées avec le logiciel que vous trouverez dans des dossiers situés sous le dossier Photoshop et qui ont pour noms Duotones, Tritones ou Quadtones (extension "ado").

La bichromie colorise l'impression mais pas le fichier qui reste en niveaux de gris. Pour appliquer définitivement la teinte au fichier, il faut convertir la photo en mode RVB (Image>Mode>RVB). Si vous voulez approfondir la pratique de la bichromie, je vous recommande la lecture du livre de Vincent Risacher : Photoshop et la bichromie paru aux éditions Eyrolles.

Trichromie réalisée avec la teinte "Bl 437 burgundy 127 gold"

Quelques teintes intéressantes

Parmi les fichiers livrés avec le logiciel, la quadrichromie "Bl CG10 WmG4 CG3" donne plus de densité aux gris des photos.

Pour les teintes suivantes, télécharger directement les fichiers de paramètres :

Normal Sélénium Sépia

Phare de Cordouan - Loquets de fenêtre

  • décompresser le fichiers dans le répertoire de votre choix
  • activer la commande Image>Bichromie (si la commande n'est pas disponible, il faut convertir au préalable votre image en niveaux de gris)
  • charger les fichiers téléchargés en cliquant sur le bouton Charger.

Pseudo Lith

Effet réalisé avec le script de Marc Jutras

Sur le site de Marco Pauck, vous trouverez toutes les explications concernant le procédé d'impression lith mis en oeuvre dans la photo argentique (surexposition du papier et développement dans un révélateur lith fortement dilué).

Marc Jutras a réalisé une version numérique du procédé en mettant au point un script Photoshop disponible sur son site. Le script termine par une coloration selenium qui ne fait pas partie du procédé d'origine.

L'impression

Même si la demande est réelle de la part d'un grand nombre d'amateurs, le marché de l'impression noir et blanc reste une niche qui intéresse peu les constructeurs. Si vous décidez de vous laisser dans cette aventure, il va falloir être motivé pour aller au bout. Trois difficultés vous attendent :

  • le format : si les imprimantes A4 sont légion, seules les imprimantes A3 vous permettent d'imprimer un 30x40,
  • le métamérisme : les encres pigmentées ont pour avantage d'avoir la plus longue durée de conservation, mais elles ont pour inconvénient de changer de couleur en fonction de la nature de la lumière qui les éclairent. En général, les couleurs sont équilibrées pour des tirages vus dans des conditions d'exposition, c'est à dire dans une pièce éclairée par des lumières artificielles (5500°~6500°). À la lumière du jour, les mêmes tirages feront apparaître une affreuse dominante colorée (c'est pire pour le noir et blanc),
  • les dominantes colorées : si vous imprimez avec les cartouches couleurs, les photos présentent des dominantes colorées non maîtrisables car le dosage des couleurs susceptibles de produire une valeur de gris (on fait du gris avec une proportion égale de rouge, vert et bleu) n'est pas suffisamment précis ni constant pour produire un gris neutre sur le papier. Il est inutile d'ajuster les couleurs dans le driver car cette dominante n'est pas constante.

En attendant l’imprimante idéale, il faudra « bricoler » pour imprimer du noir et blanc :

  • pour éviter le métamérisme, vous pouvez imprimer avec la cartouche noire seulement. Les résultats dépendent de la résolution de votre imprimante car les gris sont reproduits en ajustant l'espacement des gouttes. Plus la résolution est élevée et moins les gouttes seront visibles.
  • vous pouvez remplacer les cartouches d’origine par des cartouches qui contiennent 4 à 6 gris de densités différentes. Faute d'audience, ces encres sont mal distribuées en France et les renseignements sont à consulter sur les sites des fabricants :

Vous trouverez plus d'informations en consultant le forum Yahoo dédié à l'impression noir et blanc en numérique ou en visitant le site de Jones Clayton qui nous fait partager le résultat de ses nombreuses expériences avec des imprimantes à jet d'encre.